Piano augmenté - Piano octophonique

J'ai développé une démarche créative et poétique où composition et improvisation s’enrichissent mutuellement.

Le piano "augmenté" allie tradition (piano acoustique) et innovation (numérique). Il est la rencontre entre l’Art et la Science.

 

J 'utilise les nouvelles technologies dans mon activité de compositrice et performer :

  • Instrument augmentés par les moyens informatiques

  • Transformation du son en temps réel via un dispositif octophonique (8 haut-parleurs)

  • Utilisation d'interfaces gestuelles pour piloter les logiciels

  • Spatialisation et diffusion du son via 8 HP pour une immersion au cœur de la matière sonore et la création d'espaces sonores originaux

PIANO AUGMENTE

Le piano est dit "augmenté par les moyens informatiques". Il s'agit d'un dispositif de création sonore en temps réel qui offre un potentiel poétique « inouï ».

Le dispositif technologique du piano « augmenté » est constitué d’un piano à queue, deux microphones à directivité variable placés au-dessus des cordes, huit haut-parleurs sur pieds, une console de mixage, une carte son huit pistes, un ordinateur Mac Book Pro, une application spécifique (KarlMaxAudio) et les interfaces gestuelles BOP et ZIL.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PIANO OCTOPHONIQUE

Conçu pour la performance, mon dispositif de "piano octophoniqu" permet des transformations et spatialisations du son en temps réel., avec diffusion sur 8 haut-parleurs (8 pistes sonores indépendantes). Tous les traitements sont réalisés depuis le piano grâce aux interfaces gestuelles ZIUL et BOP.

Le public est immergé au cœur du son pour une expérience sensorielle à 360 degrés

 

 

 

 

 

 

Les interfaces gestuelles servent à piloter l’application à distance pour la transformation et spatialisation du son en temps réel.

ZIL est une petite baguette de 12 cm environ.

 

 

BOP se porte au poignet comme une montre.

Ce sont des contrôleurs MIDI sans fil (ondes Radio - bande de fréquence 2,4 GHz), elles ont une portée de 10 à 50 mètres, possèdent une autonomie de 13h environ et se rechargent en 30 mn sur la prise USB d’un ordinateur.

 

Elles comprennent des capteurs de mouvement avec neuf degrés de liberté (accélérations sur plan en x, y et z, accélérations sur rotations en x,y,z et mesure des positions en x,y,z). La centrale de captation inertielle comprend un accéléromètre (six axes) avec détection simultanée des attaques sur chaque axe, un gyroscope (trois axes de rotation à 2000°/seconde), et une analyse des données pour le traitement et la reconnaissance du geste.

 

Ces interfaces sont conçues pour offrir une palette gestuelle riche, variée, expressive, intuitive. Elles captent les gestes qui sont mesurés et transmis à l'ordinateur qui exécute ensuite les intentions artistiques du performer. Elles ont été pensées pour être opérationnelles le plus rapidement possible sur le son, sans déprécier les valeurs algorithmiques. Elles répondent à un souci de plaisir du geste : geste musical et geste instrumental. Concrètement, il s’agit d’associer un geste, une position, une accélération de l’interface et une action (ou plusieurs actions) dans l’application. Chaque type de contrôle correspond à un type de geste : les gestes d’impulsion fonctionnent comme des triggers et correspondent à des contrôles discontinus, les positions et les accélérations pilotent des contrôles continus.

 

L’application KarlMaxAudio pour le traitement et la spatialisation du son a été réalisée dans l’environnement Max/MSP. Elle a été pensée à la fois pour la composition et l’interprétation.

L'application et les interfaces ont été conçues par Rémi Dury (Da Fact) avec l'aide de Jean Lochard (IRCAM).

L’application comprend quatre familles de modules :

 

  1. Les modules MIDI servent à générer des données MIDI pour des synthétiseurs externes ou les générateurs de KarlMaxAudio, Ils comprennent les modules Midifile (lecture d’un fichier au format MIDI file en mode pas à pas ou suivi de tempo), Arpegiators (quatre arpegiators auxquels on peut définir deux distributions de note et passer de l’une à l’autre) et Controller Sequencer (quatre séquences de contrôleur peuvent être déclenchées indépendamment pour automatiser n’importe quel paramètre des modules).

 

  1. Les modules générateurs comprennent les modules Samples (permet de jouer quatre buffers de sons), Loop (adapté à la lecture des boucles rythmiques, les paramètres permettent de mélanger les slices et de changer leur longueur), Granular (permet la lecture des buffers d’échantillons avec un moteur de synthèse granulaire.), Synth (propose un synthétiseur disposant de trois oscillateurs, de trois enveloppes et d’un filtre), VSTi (permet l’utilisation d’un instrument VST), et Audio In (le générateur prélève le signal audio à l’entrée de la carte son afin qu’il puisse être traité en temps réel).

 

  1. Les modules d’effets comprennent les modules VarDelay (double ligne à retard avec feedback), FreqShift (double module de transposition et de Frequency Shift), VST (permet l’utilisation d’un plugin au format VST), FFT Delay (double ligne à retard spectrale. Le spectre est divisé en cinq bandes de fréquences qu’il est possible de retarder de manière indépendante. Chaque bande dispose aussi d’un feedback indépendant), Distorsion (distorsion à la fois « analogique » et « numérique ». Le signal est d’abord amplifié puis clippé. Un filtre permet de modifier la couleur de la distorsion. D’autres paramètres permettent ensuite la réduction de la fréquence d’échantillonnage et de la résolution), Ring Modulation (double module de Ring Modulation), Filter (double filtre multi mode à pente variable 12/24 dB/octave).

 

  1. Les modules de spatialisation comprennent les modules Bus (le son envoyé au module est spatialisé sur deux sorties de la carte son. On peut choisir d’envoyer le son sur 4 bus stéréo ou Pan 360° (système multi canal. La position des haut-parleurs doit être préalablement définie).

 

Le jeu au piano augmenté inclut un piano « préparé »

 

La préparation du piano s’inscrit dans un esprit de techniques de jeu étendues et de lutherie élargie, notamment par des manipulations et détournement d’objets, et le placement d’objets sur et entre les cordes. Cela recouvre, par exemple, le jeu dans les cordes (qui peuvent être pincées, frappées, frottées, grattées), des percussions sur différentes parties du piano (en bois, métal, feutre), avec les mains, des baguettes ou divers objets, l’utilisation d’archets électroniques (qui fonctionnent posés sur les cordes avec les étouffoirs soulevés), des objets placés entre les cordes (boulons de différentes tailles, morceaux de caoutchouc, carton, calfeutrage), des objets placés sur les cordes (papiers de différentes épaisseurs, balles, billes, pierres) etc. La « préparation » peut être fixe (les objets placés dans les cordes restent à la même place) ou évolutive (les objets peuvent être enlevés, déplacés, modifiés, rajoutés au cours du jeu).

 

 

 

 

 

Jeu dans les cordes avec le piano préparé
Une interface gestuelle pour piloter le logiciel